English
 

Réception & Surveillance des Constructions

Principe

Suivi, vérification et supervision des travaux de construction métallique

Domaine d’application

Examen de contrôle des structures macroscopiques ou microscopique des métaux, le service RSC au sein de TIC utilise les méthodes suivantes :

Offre TIC

Afin de satisfaire les besoins de ses clients en termes de Réception & Surveillance des Construction métalliques, TIC met à la disposition de sa clientèle une équipe RSC performante d’ingénieurs et de techniciens et possède des équipements de haute technologie réparties comme suit :

Qualifications

  • Des ingénieurs et des techniciens certifiés minimum Niv II, Cotend, Cofrend , ASNT et CSWIP

Équipements

  • Appareil de mesure d’épaisseur avec cale à gradin
  • Scanner pour le contrôle par LFET des réservoirs de stockage (Falcon 2000 Mark II Sr et Jr)
  • Scorpion B-SCAN avec tous ces accessoires
  • Polisseuse d’ébauche (ponceuse)
  • Polisseuse de finition (avec papier feutre de finesse dégressive de
  • dur – mole – fin)
  • Lubrifiant de refroidissement.
  • Loupe oculaire.
  • Microscope optique inversé.
  • Générateur de courant d’aire.
  • Papier abrasif (granulométrie 160-240-500)
  • Pâte à diamant (3 µm – 1µm – 0.25 µm) ou alumine.
  • Thermo-hygromètre(CHAUVIN ARNOX)
  • Jauges magnétiques pour la mesure de revêtements (METALLEX, ELCOMETER)
  • Balai électrique
  • Appareils de mesure d’épaisseurs de peintures (ELCOMETER)
  • Détecteurs de porosités (elcometer,DJ-6B)
  • Boite à vide
  • Appareils Analyse des métaux (Metorex/oxford instrument)
  • Appareil de mesure de taux de Ferrite (FISCHER)
  • Appareil de dureté (EQUOTIP/ METALTEST/ KRAUTKRAMER)
  • Appareils de mesure de dureté à impact version dynamique
  • Vidéo-Endoscope (XLG3/IPLEX FX) avec accessoires
  • Appareil photo numérique
  • Mètre à ruban
  • Fil à plomb
  • Mètre à ruban
  • Décamètre
  • Explosimètre
  • Logiciel Fitness For Service

Mesure d’épaisseur

L’examen par mesure d’épaisseur est un examen de contrôle des épaisseurs par point.

Les surfaces du métal qui sont en contact avec le palpeur doivent être exemptes de calamine ou tout autre substance qui pourrait gêner la transmission des échos.

Les points à mesurer sont choisis par sondage à fin de donner une idée générale sur l’état de l’épaisseur de la tôle de l’équipement à inspecter.

A la demande du client les épaisseurs à mesurer peuvent être relevés par maille.

Les lectures doivent être comparées par rapport à l’épaisseur nominale de la tôle et le volume du défaut est déterminé par la distance qui sépare ses positions extrêmes.

La mesure d’épaisseur peut être réalisée sur des équipements ayant les nuances suivantes :

  • Aciers au carbone, type construction d’usage général, chaudières et appareils à pression, appareils à pression à basse température ou tuyauteries de nuances analogues.
  • Aciers faiblement alliés type tôles chaudières et appareils a pression comprenant I ‘acier 5 % Cr -0,5 % Mo ou tuyauteries de nuances analogues.

Sont exclus, l’examen des assemblages soudés de ces diverses nuances d’aciers avec des métaux d’apport a structure austénitique ou austéno-ferritique.

Assistance aux essais mécaniques et analyses chimiques

Analyse chimique : Cette étape est un préambule souvent nécessaire à l’expertise métallurgique, permettant d’évaluer précisément la composition des métaux et alliages. Bases analysées : Fer, Nickel, Aluminium, Cuivre, Cobalt.

Analyse chimique à l’aide d’analyseurs spécifiques par voies gazeuses :

  • Dosage : Carbone et Soufre
  • Analyse par voie gazeuse Azote, Hydrogène et Oxygène

Les essais mécaniques ont pour but de caractériser le comportement des matériaux et permettent d’obtenir des informations très précises sur le comportement de la pièce ou de l’éprouvette sous la contrainte, et d’en quantifier précisément les déformations.

Essais d’étanchéité

Il s’agit d’un essai qui sert à tester l’étanchéité d’un équipement tel que les réservoirs, les citernes, la tuyauterie des installations, les emballages… etc. Le test d’étanchéité sert à contrôler les défauts potentiels de l’étanchéité Il peut être utilisé dans divers domaines, dont le bâtiment, l’industrie.

Détection de Corrosion

La thermographie infrarouge est la plus largement utilisée pour l’inspection de l’intégrité des systèmes électriques.

Elle a les avantages d’être rapide et sans contact. Bien que la chaleur ne soit pas un indicateur parfait de tous les problèmes dans les systèmes électriques, la chaleur produite par une résistance électrique anormalement élevée précède souvent des pannes électriques.

Cette même technique est proposée pour la détection de la corrosion surfacique dans les pièces de fuselage.

Il y a un certain nombre de méthodes pour la détection de corrosion. La cartographie de corrosion fournit la mesure précise et une image virtuelle des dégâts de corrosion. Les images sont analysées dynamiquement pour déterminer la détérioration, la comparaison d’images et les données d’épaisseur permettent de déterminer les taux de corrosion.

Contrôle électromagnétique à basse fréquence (LFET)

C’est une méthode qui se base sur un système de balayage automatisé des surfaces métalliques plane connecté à un ordinateur. Il est destiné essentiellement pour l’inspection de tôles constituant les fonds et les viroles des réservoirs de stockages de produits (Eau, Huile, Carburant, etc) afin de donner une cartographie des défauts détectés des deux faces de la tôle (inférieur et supérieur).

Scannage par le robot Scorpion ultrasonique

Le robot Scorpion DCP commandé à distance utilise une sonde à roue unique « couplée à sec » qui élimine la nécessité d’un couplant traditionnel. Cela permet au robot de se déplacer verticalement, horizontalement ou même à l’envers, tout en restant totalement fonctionnel.

Compatible avec tout système à ultrasons, un câble ombilical de 50 mètres permet d’accéder au point le plus éloigné de la plupart des structures, sans avoir besoin d’échafaudages.

Alimenté par la batterie SiteMaster 30, le système est capable de fonctionner pendant 8 heures en continu avec une seule charge et optimiser le temps alloué pour l’inspection.

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Réplique métallographique

La méthode de la réplique métallographique est un examen non destructif qui consiste de réaliser une empreinte d’un acier, après polissage très fin de la surface de la pièce (poli miroir).

L’examen à l’aide de réplique donne une image très fiable de la microstructure de l’acier contrôlé, environ 0,1 à 0,3 mm sous la surface.

Afin de pouvoir examiner le résultat par agrandissement au microscope optique en laboratoire, le technicien réalise une empreinte ou réplique à l’aide d’une feuille en acétate, détrempée à l’acétone qu’il pose sur la zone à examiner puis après séchage qu’il place entre deux lamelles de verre.

Cette feuille de plastique réplique la structure métallographique de l’acier avec une grande fidélité.

Cette feuille parfaitement transparente est ensuite placée, en laboratoire, à la lumière du microscope optique pour visualiser le comportement des réseaux cristallins.

Contrôle de peinture

Cela consiste à assister à l’opération de peinture des équipements (Réservoirs, pipeline, etc.), dont les principales étapes à suivre sont :

  • La vérification du cahier de charges telles que la marque de peinture, couleur, mode opératoire, l’assistance à la préparation de surface tels que le nettoyage de surface, grattage, sablage
  • La vérification de la peinture avant application tels que la vérification de la qualité des produits, etc.
  • La vérification des couches de peinture telle que la mesure de la température ambiante et l’humidité, contrôle visuel de l’état général de la peinture et la mesure d’épaisseur de chaque couche de peinture.

Analyse vibratoire

Les vibrations produites par une machine tournante traduisent les efforts dynamiques engendrés par les pièces en mouvement tels que : moteurs électriques ou thermiques, turbines, génératrices, multiplicateurs, réducteurs, compresseurs, ventilateurs etc.

Le suivi de cette signature vibratoire permet de déceler des défauts.

Les techniques de mesures vibratoires et d’analyses spectrales des signaux recueillis sont des outils puissants et précis, permettant d’effectuer des diagnostics mécaniques

Contrôle de revêtement

Ce type de contrôle permet de déceler les défauts traversant un revêtement organique appliqué sur les aciers. Les défauts concernés sont les fissures, les inclusions conductrices, trous d’épingle.

Contrôle visuel / Contrôle par endoscopie

Cela consiste à un examen visuel de l’état extérieur et intérieur de l’équipement afin de déceler les zones contenant des dégradations visible à l’œil nu.

Sauf que pour certains équipements, l’examen intérieur peut ne pas être possible tels que pour les pipelines et tuyauteries de petits diamètres. De ce fait, un tel contrôle est exécuté à distance en utilisant un équipement spécifique appelé endoscope.

Les zones contenant des dégradations feront l’objet d’autres inspections afin de mesurer la taille des défauts détectés et leurs gravités sur la sureté de fonctionnement de l’équipement.

Contrôle de dureté

La dureté d’un métal est sa capacité à résister à la déformation. On la détermine au moyen d’essais normalisés (Brinell, Meyer, Vickers, Rockwell) en mesurant la profondeur, le diamètre ou un autre paramètre de l’empreinte faite par un poinçon en fonction de l’essai.

Contrôle par PMI

L’identification des matériaux : détermination du grade ou type d’alliage par une analyse quantitative du pourcentage des composants chimiques présents.

L’identification est faite par la technique de Spectrométrie à fluorescence X. L’épreuve PMI ne sera jamais considérée comme un remplaçant pour les certificats de matière.

Contrôle qualité

Il s’agit d’un contrôle visuel quantitatif et qualitatif d’une marchandise

Contrôle par FFS

Le contrôle par la méthode de l’aptitude aux services (FFS) d’évaluation est utilisé pour évaluer les composantes sous pression contenant des défauts ou des dommages.

Contrôle dimensionnel

Cela consiste en un examen dimensionnel s’appliquant aux réservoirs de stockage d’hydrocarbure et des structures métalliques pour vérifier la conformité des dimensions selon un plan de fabrication approuvé.

Contrôle par boite à vide

Il s’agit d’un examen de l’étanchéité a l’aide de la boite à dépression s’applique pour la détection de défauts assimilables a des micro-canalisations et affectant toute l’épaisseur d’une paroi métallique.

Elle vient en complément à d’autres examens et permet notamment la détection des fuites dans des récipients à l’intérieur desquels il n’est pas possible de créer une surpression.

Tarage de soupape

La soupape de sécurité est utilisée pour protéger les équipements de contrôle de flux des dommages causés par l’augmentation imprévue de pression. De tels dispositifs sont communément appelés « pop » ou soupapes de sûreté.

Les soupapes sont conçues pour s’ouvrir automatiquement à une pression prédéterminée.

Le type le plus simple et le plus fiable des soupapes est la soupape à ressort où une force de ressort s’oppose à la pression du système agissant sur le clapet. Tic fourni le service de tarage des soupapes conformément aux normes en vigueurs.

Vérification de note de calcul

Il s’agit de la vérification et l’approbation des notes de calculs pour des équipements tels que les chaudières, les séparateurs, etc., conformément au code et norme de construction.

Contrôle de dégazage

Il s’agit d’un contrôle de l’atmosphère de l’équipement avec un explosimètre et le relevé en pourcentage des éléments suivants : la limite inférieure d’explosivité (LIE), O2, CO, H2S et pour déterminer le bilan de gaz nocifs dans une zone de production ou de stockage.

Contrôle de taux de ferrite

La mesure du taux de ferrite est une méthode de contrôle non destructif qui permet de déterminer la teneur de la ferrite dans un acier donné.

Cette méthode n’est applicable que dans une gamme de 0 à 80% de Fer dans le cas des aciers inoxydables et duplex. Le principe de mesure du nombre de ferrite repose sur le principe d’induction magnétique.

Un champ magnétique généré par une bobine entre en interaction avec les composants magnétiques de la pièce. Les variations du champ magnétiques induisent une tension proportionnelle au taux de ferrite dans une seconde bobine. Cette tension est ensuite exploitée.

Tous les composants à l’intérieur de la structure non magnétique sont reconnus.

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien